Tout savoir sur la plantation et la récolte de l’ail

Saviez-vous que l’automne, c’est LA saison pour mettre en terre vos caïeux d’ail pour la cueillette de l’an prochain? Et oui, déjà!

Ne vous inquiétez pas, notre Guide jardinage Mélanie Grégoire est là pour vous expliquer ses meilleures astuces pour avoir une belle récolte prolifique le printemps suivant. 

Quand doit on planter?

4 semaines avant les gels définitifs du sol, lorsque vient le temps de remiser vos bulbes de canna et dahlia, c’est le temps de planter l’ail. On le fait si tôt pour permettre aux racines de se développer avant l’hiver.

Selon la région où vous habitez, cette date se situe entre le 1er octobre et la mi-novembre. Notre guide a déjà planté les siens à la fin novembre et avait quand même eu de bons résultats. 

Quelle est la procédure?

L’ail se plante à 5 cm de profondeur, à une distance d’environ 10 cm entre les caïeux. Idéalement, plantez la pointe vers le haut. 

À la plantation, ajoutez de l’engrais 4-10-2 pour aider l’enracinement et du compost marin pour favoriser le développement des racines et enrichir le sol.

Besoin d’une protection hivernale?

Le conseil de notre Guide jardinage, c’est d’ajouter une couche de paille en novembre pour protéger l’ail des rigueurs de l’hiver. Elle même en utilise une!

La récolte, c’est pour quand?

La récolte de la fleur d’ail se fera en juin et la récolte des gousses d’ail s’effectue en juillet et en août.

Bonne plantation!

Une chronique signée Mélanie Grégoire de Mjardiner

Comment récolter et entreposer ses bulbes après une floraison d’été

Vos cannas, bégonias, callas, dahlias, colocasias et alocasias ont terminé leur floraison d’été et vous cherchez comment récolter et entreposer leurs bulbes pour l’hiver? Notre Guide jardinage est à la rescousse avec plus d’un tour dans son sac.

Les bulbes de tulipes, comme les caïeux d’ail doivent passer l’hiver en pleine terre alors que certaines variétés de plantes comme les géraniums doivent être remisées avant les premiers gels au sol.

La meilleure manière de procéder

  • À l’automne, après un premier gel léger, déterrez vos bulbes en prenant soin de ne pas les abîmer.
  • Coupez une bonne partie du feuillage en conservant les tiges de la base seulement.
  • Laissez-les sécher quelques heures au sol à l’extérieur par une belle journée ensoleillée.
  • Vous pouvez ensuite déposer les bulbes dans un endroit ombragé et bien ventilé pendant quelque temps pour faciliter le retrait de l’excédent de terre.
  • Placez les bulbes sains dans un sac de papier, une boîte de carton, un filet à oignons ou même des bas de nylon, en identifiant vos variétés. Les espèces comme les cannas, colocasias, alocasias et dahlias peuvent être placées dans la vermiculite, la mousse de tourbe sèche ou des résidus de bois.
  • Conservez vos récoltes dans un endroit frais, sec, sombre et à l’abri du gel.
  • À quelques reprises durant l’hiver, prenez le temps d’observer vos bulbes afin de retirer ceux qui pourraient être de mauvaise qualité et faire pourrir tout le lot. 

Une chronique signée Mélanie Grégoire de Mjardiner

 

Les meilleures recettes de grand-mère pour conserver concombres, tomates et betteraves

Certains légumes comme les concombres et tomates ne se congèlent pas. Heureusement, notre Guide jardinage est là pour nous partager les meilleures recettes de grand-mère pour bien les conserver!

La meilleure marinade de « pickles »

Effectivement, les concombres ne se congèlent pas. Cependant, ils font d’excellentes marinades à utiliser sans modération!

Ingrédients :

  • 3 tasses de vinaigre blanc
  • 5 tasses de sucre
  • 1 1/2 c. à thé de graines de céleri
  • 2 c. à thé de graines de moutarde
  • 1/2 c. à thé de curcuma
  • 16 tasses de concombres tranchés
  • 6 oignons tranchés (facultatif)
  • 1/3 tasse de sel à marinade
  • Cubes de glace

Préparation :

  • Déposer les tranches de concombres dans un grand bol, saupoudrer de sel à marinade et couvrir de cubes de glace, puis laisser reposer durant 3 heures.
  • Égoutter les tranches de concombres et les placer dans des pots de style Mason.
  • Faire bouillir le vinaigre, le sucre et les épices 10 minutes.
  • Verser avec une louche le liquide chaud sur les tranches de concombres.
  • Fermer les pots et laisser le tout reposer au moins 1 mois au frigo avant de déguster.

Des betteraves congelées c’est bien, mais marinées c’est mieux

Ingrédients:

  • 5 lbs de betteraves
  • 2 tasses de vinaigre blanc
  • 1/2 tasse d’eau
  • 1 1/2 tasse de sucre
  • 1 c. à soupe de graines de moutarde
  • 1 c. à thé de sel

Congeler les tomates en sauce, en dés ou entières

Pour les congeler entières, notre Guide jardinage retire uniquement le dessus et les pépins. Puis, elle les coupe en prenant soin de conserver la peau et les dépose dans un sac pour le congélateur. 

À la cuisson, la peau va se dégager d’elle-même ce qui permet de la retirer facilement, puisqu’elle flotte sur le dessus des jus de cuisson. 

Pour les faire en sauce, la technique manuelle est de tailler un x sous la tomate, de les plonger dans l’eau bouillante quelques minutes pour ensuite les déposer dans l’eau glacée. Il faut retirer manuellement la pelure et les pépins, puis faire chauffer à feu moyen jusqu’à ce qu’on obtienne la consistance désirée. 

Si on a la chance de posséder une épépineuse, c’est certain que ça facilite grandement le travail. Elle retire la pelure et les pépins, et on n’a pas à faire bouillir nos tomates pour en retirer la pelure, on peut directement passer à l’étape de la cuisson!  

Une chronique signée Mélanie Grégoire de Mjardiner

 

Comment tailler vos framboisiers une fois l’automne arrivé

La taille de nos plans de framboises est importante pour obtenir de belles récoltes. Puisque les framboisiers ont des épines, mieux vaut le faire comme il faut! Heureusement, notre Guide jardinage est là pour nous aider.

Habituellement, c’est une coupe que l’on effectue en automne, avant les gels définitifs du sol, en même temps que la plantation de l’ail

Marche à suivre :

  1. Enlevez d’abord les tiges qui ont porté des fruits. Elles sont faciles à reconnaître puisqu’elles sont brunes. Taillez-les au ras du sol.
  2. Retirez aussi les tiges plus faibles et abîmées en les coupant aussi au sol.
  3. Conservez environ 4 tiges saines par pied carré, les plus belles évidemment. Profitez-en pour retirer les débris au sol.
  4. Ensuite, taillez les tiges à la hauteur de la poitrine, soit environ 4.5 pieds, pour leur permettre d’en produire plus l’an prochain.

Si vous ne faites pas cette taille, pas de panique, vous aurez probablement des fruits quand même. En revanche, cette technique de taille permet d’obtenir des récoltes plus uniformes d’une année à l’autre.

Bonne taille et n’oubliez pas de porter des gants!

Une chronique signée Mélanie Grégoire de Mjardiner

Les meilleurs trucs pour conserver la fraîcheur et la saveur de ses fines herbes

Vous faites partie de ceux qui n’arrivent pas à conserver vos fines herbes plus que quelques jours sans qu’elles fanent ou périssent?

Ça tombe bien, puisque notre Guide jardinage est de retour avec ses meilleures techniques pour conserver la fraîcheur et la saveur de vos herbes!

La technique du séchage

Pour le thym, le romarin, l’origan et le persil, la méthode la plus simple consiste à les faire sécher:

  • D’abord, coupez les tiges de vos fines herbes au sol. 
  • Attachez-les avec une ficelle ou un élastique.
  • Suspendez-les dans un endroit aéré et à l’abri de la lumière. 

Une fois sèches, vous n’avez qu’à défaire en petits morceaux et les conserver dans un contenant hermétique!

Un petit tour au congélateur

Le persil et la ciboulette se congèlent facilement tout comme plusieurs légumes, comme les zucchinis, betteraves ou tomates

Pour la ciboulette, n’attendez pas avant de la récolter, car le gel et dégel lui enlèvent son aspect croquant qu’on aime tant. 

  • Coupez-la au sol, nettoyez les tiges et ciselez-la. 
  • Déposez le tout dans un pot de verre, puis direction congélateur pour l’hiver. 

Pour éviter le persil tout mou, procédez un peu différemment:  

  • Coupez-le d’abord grossièrement.
  • Déposez-le sur une plaque avant de l’envoyer au congélateur. 
  • Déposez également un sac de conservation au congélateur pour qu’il reste au froid. 
  • Dès qu’il a commencé à geler, placez-le dans le sac de conservation.
  • Remettez le tout au congélateur pour le reste de l’hiver. 

La conservation dans l’huile

Certaines fines herbes, par exemple le basilic, ont tendance à noircir au congélateur. Pour éviter ce phénomène, congelez-les dans l’huile!

  • Coupez finement votre basilic.
  • Déposez-le dans des bacs de cubes à glaçons. 
  • Ajoutez l’huile de votre choix sur le dessus
  • Envoyez le tout au congélateur. 

Une fois les cubes figés, vous pouvez les conserver dans un sac de congélation pour l’hiver. Résultat, du basilic presque frais, facile à ajouter dans une sauce!

Une chronique signée Mélanie Grégoire de Mjardiner

Conseils et mises en garde pour la plantation de végétaux en automne

Saviez-vous que vous pouviez planter vivaces, arbustes, arbres, conifères, gazon et même de l’ail en automne, même après la chute des feuilles des arbres? Selon notre Guide jardinage, non seulement c’est possible, mais ça fonctionne!

Découvrez tous ses conseils, ses mises en garde, ses astuces d’horticultrice et ses suggestions coup de cœur pour une plantation automnale réussie!

Pourquoi planter des végétaux en automne?

  • Le prix. Alors qu’il y a plusieurs spéciaux dans les jardineries, allez voir!
  • L’eau. Statistiquement, il pleut plus en automne qu’en été, donc moins besoin d’arroser les plants. En plus, puisqu’il fait plus froid le jour, les plantes transpirent moins et l’arrosage se dirige plus efficacement vers les racines.
  • Les racines. Parlant de celles-ci, elles se développent mieux à l’automne. De la coloration des feuilles jusqu’à leur chute, les plantes se préparent à l’hiver et développent leur système racinaire. Les derniers beaux jours de novembre sont des jours de travail intense pour vos plantes, qui se préparent en force à revenir au printemps.
  • La reprise printanière plus rapide. Dès que la neige commence à fondre, vos plantes se réveillent et commencent leur croissance. En mai, les feuilles auront déjà bien poussé, annonçant un été coloré.

Deux points où il faut faire attention

  • Acheter des arbustes ou arbres aux racines spiralisées. Parfois, les racines des plantes peuvent être spiralisées. Si c’est le cas de votre plante, coupez avec un sécateur à 4 endroits les racines et pour les dégager gentiment.
  • Planter un arbre mort! Si l’arbre que vous convoitez en jardinerie n’a plus de feuilles et vous voulez vous assurer qu’il n’est pas mort, grattez délicatement une tige pour vérifier si c’est bien vert à l’intérieur. Si c’est vert, c’est en vie! Achetez-le!

Petits trucs pour une plantation d’automne réussie

  • Creusez un trou aussi profond que la motte racinaire et 1 fois et demie le diamètre du pot.
  • Déposez la plante au centre du trou, puis ajoutez des mycorhizes. Si vous avez de la poudre d’os, vous pouvez en ajouter, mais ce n’est pas un élément essentiel. N’ajoutez pas d’engrais, cette étape est plutôt réservée au printemps suivant.
  • Ajoutez de la terre, tassez gentiment et arrosez abondamment.
  • Ajoutez une couche de 2 à 3 pouces de paillis. Ce dernier préserve la chaleur du sol, ce qui prolonge la durée de l’enracinement et prévient le déchaussement sous l’action du gel et du dégel.
  • Arrosez au besoin jusqu’aux gelées de manière à maintenir l’humidité du sol, sans jamais le détremper, jusqu’à la toute fin de la saison de croissance.
  • Au printemps, ajoutez de l’engrais pour bien nourrir votre plante!

Quelques suggestions de végétaux à planter en automne

Une chronique signée Mélanie Grégoire de Mjardiner

Comment conserver vos carottes et céleris pour qu’ils restent savoureux

Votre récolte de légumes a été fructueuse cette année, si bien que vous ne savez plus quoi faire de vos céleris et de vos carottes? Terminé le gaspillage, c’est plutôt le temps de dire bonjour à la fraîcheur prolongée.

Notre Guide jardinage Mélanie Grégoire est de retour avec plus d’un tour dans son sac pour vous faire profiter pleinement de vos légumes le plus longtemps possible!

L’astuce pour congeler son céleri :

Un céleri tout droit sorti du potager, ça goûte vraiment super bon! Mais saviez-vous que si vous en avez beaucoup, vous pouvez facilement le congeler? 

La méthode la plus facile est de couper les branches et de les congeler directement. Par contre, cette technique fera rapidement perdre sa couleur au céleri. Sa saveur demeurera intacte à condition qu’il soit consommé rapidement.

L’idéal c’est plutôt de blanchir le céleri avant de le congeler:

  • Coupez-le d’abord en morceaux. 
  • Déposez-le dans l’eau bouillante de 2 à 3 minutes 
  • Plongez-les dans l’eau glacée pour arrêter la cuisson. 
  • Épongez et déposez le tout dans des sacs de plastique pour le congélateur.

Voilà! Vous verrez que votre céleri conserve sa couleur et sa fraîcheur beaucoup plus longtemps avec cette technique.

Un truc différent pour les carottes :

Les carottes peuvent rester très longtemps en terre dans le potager, théoriquement jusqu’en mars. Notre Guide jardinage, elle, les récolte jusqu’au jour de Noël. 

Pour protéger les carottes de la neige, utilisez des tunnels de plastique. Vous verrez, ils sont facilement déneigeables au besoin. 

Les carottes d’hiver sont beaucoup plus sucrées que celles d’été, un vrai délice! Sinon, les carottes peuvent aussi être congelées, de la même façon que les céleris.

Une chronique signée Mélanie Grégoire de Mjardiner

Trois techniques pour hiverner ses géraniums jusqu’à l’été

Notre Guide jardinage Mélanie Grégoire de chez Mjardiner vous présente ses trois trucs incontournables pour conserver vos géranium jusqu’à l’été prochain. 

Il y a trois techniques très faciles à privilégier, et aucune d’entre elle ne demande une grande quantité de matériel à se procurer. 

Les fameuses boutures pour ceux qui ont moins d’espace 

Les meilleures boutures se prennent aux environs du mois de septembre, ou du moins avant les premières gelées. Pour y arriver, il faut: 

  • Couper l’extrémité des tiges (environ 10 cm) les plus fortes des plants les plus vigoureux sous un nœud.
  • Enlever toutes les fleurs ou les boutons floraux s’il y en a.
  • Tremper la tige dans une hormone de croissance en poudre, pour stimuler les racines.
  • Planter dans un terreau spécial pour les boutures.
  • Bien arroser le tout et le placer à une bonne lumière à l’intérieur. 
  • Finalement, le transplant des boutures se fait lorsque les racines sont bien formées.

La transformation de ses plants en culture intérieure

Vous pouvez également simplement entrer votre géranium à l’intérieur et le cultiver comme une plante de maison. 

En revanche, il faut faire attention de ne pas le noyer : le terreau doit sécher en surface entre les arrosages.

La dormance: un bon vieux truc de grand-mère

C’est aussi possible de mettre vos géraniums en dormance, mais vous devez avoir un caveau à légumes ou au moins un garage où la température se situe autour de 5 degrés. 

Cette technique vous permet de gagner de l’espace, mais est elle est aussi souvent accompagnée de pertes. Les géraniums les plus faibles ne survivront pas à cette technique. 

Comment mettre ses géraniums en dormance

  • Déterrez d’abord les géraniums.
  • Secouez toute la terre accrochée à leurs racines.
  • Retirez toutes les feuilles abîmées, les fleurs épanouies et aussi celles qui sont sur le point de l’être.
  • Laissez sécher le tout à l’abri de la pluie.
  • Déposez le résultat final dans des boîtes de carton ou des sacs de papier.

Les géraniums vont ainsi s’endormir, et passer l’hiver sans feuillage. De temps à autre, il faudra seulement nettoyer leurs feuilles mortes et vérifier l’humidité. 

Vous pouvez vaporiser de l’eau au besoin, un peu comme vous le faites pour vos bulbes de cannas ou dahlia. En mars ou avril, rempotez vos géraniums et commencez à leur donner de l’engrais.

Une chronique signée Mélanie Grégoire de Mjardiner