Joggez le long des pistes enneigées du parc Naturel du Mont-Bélair

C’est reparti en direction de la 2e partie du parc Naturel du Mont-Bélair avec notre Guide plein air Marcel Bouchard pour une autre activité sportive d’extérieur sous la neige.

C’est un tout nouveau développement du parc où on a récemment investi près d’un million de dollars, donc c’est l’occasion parfaite pour le découvrir et voir tout ce qu’il a à nous offrir.

Un bon jogging sur les pistes enneigées demande de bons souliers de course, mais puisque le chemin est sinueux, même les néophytes et les familles peuvent s’y aventurer et parcourir les sentiers en marchant.

Le silence règne sur l’endroit, si bien que l’on peut presque entendre les flocons se déposer. Le plus beau dans tout ça? C’est tout près de la ville de Québec, à moins de 15km de l’aéroport Jean Lesage!

Attention cependant, puisque le parc n’est pas officiellement ouvert en ce temps de l’année. En revanche, rien ne nous empêche d’aller nous y promener, il faut simplement bien se préparer et faire preuve d’un minimum de prudence.

Contemplez des milliers d’oies décoller vers la côte est avant l’hiver

De retour aux côtés de notre Guide plein-air Marcel Bouchard, qui, fidèle à son habitude, nous amène pour nous faire vivre une expérience hors du commun : la migration des oies des neiges.

Elles sont des milliers à être rassemblés sur la rivière Saint-François de Drummondville. Dans les instants qui suivent, elles vont décoller vers la côte est des États-Unis lors d’un périlleux voyage de 4000 km.

L’expression « une image vaut mille mots » prend tout son sens dans une situation comme celle-ci. Rien ne peut vraiment décrire un tel spectacle, si bien que tous les témoins de la scène restent sans mot.   

La plupart d’entre nous sont habitués à voir les oiseaux se déplacer en « grand V », dans le ciel. Même du sol, on les entend piauler. J’ose à peine imaginer le bruit qu’il devait y avoir sur place! 

Envie de vivre d’autres aventures avec Marcel? C’est par ici!

Vivez la glissante randonnée de la Boucle de la Station à Stoneham

On retrouve notre Guide plein-air Marcel Bouchard pour une nouvelle randonnée pédestre en nature. Cette fois-ci, direction La boucle de la Station, un difficile sentier de la station touristique de Stoneham à 30 minutes de la ville de Québec.

Comme son nom l’indique, il s’agit d’une boucle de 12.3 km qui longe un beau lac. Dès le début, en sortant du stationnement, on commence en montée!

C’est un parcours où il faut être bien prudent. D’un côté, le sol dur et sec de cette période de l’année facilite en partie la montée. En revanche, de l’autre, il faut l’admettre, c’est très glissant.

Pensez prendre de bons souliers de course si cette marche vous intéresse. L’ajout de crampons n’est certainement pas un luxe dans ce cas-ci.

Plus on se dirige vers le sommet de la montagne et plus le paysage se dessine. Impossible de le nier, l’hiver se fraie une place de plus en plus rapidement.

Tout en haut du mont, on profite du temps dégagé pour admirer les magnifiques montagnes que la nature a à nous offrir avant de redescendre par les pistes, un peu moins glissantes que le sentier de randonnée.

Vivre une expérience de détente ultime au Nation Santé-Spa de Wendake

On retrouve notre Guide plein air Marcel Bouchard le temps d’une activité spéciale 100% détente, celle de sa visite au Nation Santé-Spa de Wendake, des spécialistes dans les soins de massothérapie et soins corporels depuis plus de 10 ans.

Faire des activités extérieures à côtoyer la nature peut aussi être synonyme de légers problèmes musculaires. Quoi de mieux que de se faire dorloter tout en restant dans un paysage naturel à contempler les feuilles qui changent de couleurs?

Une ambiance zen omniprésente

Le Nation Santé-Spa est une entreprise familiale située sur la réserve Huronne-Wendat qui offre plus de 10 techniques de massage et soins et des bains nordiques. On y offre entre autres :

  • Des massages aromathérapeutiques;
  • Des services de réflexologie plantaire;
  • Le drainage lymphatique;
  • De l’orthothérapie;
  • L’exfoliation et l’enveloppement corporel;
  • Des forfaits pour les bassins chauds, saunas secs, et le bassin froid.

Après un bon massage, on peut se diriger vers l’une des salles de détente intérieure ou extérieure pour prolonger son sentiment de plénitude.

L’éclairage est tamisé et coloré, la musique est zen et relaxante, tout pour créer une ambiance détendue!

Ici, les gens vont lentement et discutent sur le bord du feu où dans l’une des salles où la chaleur est sans contredit omniprésente.

C’est une expérience spéciale à vivre été comme hiver, mais la saison automnale possède un je-ne-sais-quoi qui donne particulièrement envie de se prêter au jeu.

À cause de la pandémie, les bains extérieurs sont présentement fermés jusqu’à nouvel ordre. Cependant, la massothérapie et les soins pour le corps sont quant à eux accessibles sous réservation. 

Observez les couleurs d’automne de Rougemont d’un point de vue exclusif

Rien de mieux qu’un tour d’autogire en compagnie de notre Guide plein air Marcel Bouchard pour avoir un coup d’œil privilégié sur les couleurs d’automne que Rougemont a à nous offrir.

Fidèles à leur habitude, Patrick Bernier et lui entreprennent leur départ à partir de l’aérodrome de Saint-Apollinaire. Cette fois, direction la Montérégie, ses montagnes et ses vergers réputés.

Un mariage de couleurs à couper le souffle

Puisque la région de Québec est généralement plus froide que celle de Montréal et ses environs, on peut admirer les feuilles changer de couleur plus tôt dans la saison.

En longeant l’autoroute à basse altitude, on est tout de suite frappé par la beauté du spectacle. Le mélange de rouge et de jaune s’agence parfaitement avec la verdure persistante des alentours.

Des plantations bien de chez nous

Se déplacer par la voie des airs nous permet d’avoir un superbe coup d’œil sur une cannebergière inondée, un processus de récolte bien particulier.

Arrivé à Rougemont, on remarque les belles montagnes qui dessinent le paysage. Juste aux pieds, une foule de vergers tracent la route.

Ils sont magnifiques et bien cordés, prêts pour le festival de la pomme qui a lieu en ce moment, jusqu’à la fin du mois d’octobre.

C’est toute une chance d’avoir pu avoir un tel coup d’œil de la région. Impossible d’avoir un si bel aperçu du panorama quand on se balade en voiture.

Envie de vivre plus d’aventures en compagnie de notre Guide plein air Marcel? Tous ses topos se trouvent juste ici!

Un aperçu grandiose de Montréal et ses attraits vu des airs

Marcel Bouchard nous amène cette fois-ci survoler un paysage très différent que ceux auxquels nous sommes habitués : la grande ville de Montréal!

On connait bien la passion de la nature de notre Guide plein air, mais rien ne l’empêche de se transformer en citadin le temps de quelques heures.

C’est en compagnie de son guide pilote Patrick Bernier à l’aérodrome de Saint-Apollinaire que les deux aventuriers, fidèles à leur habitude, décollent vers Saint-Hyacinthe en direction de Varennes, puis de Montréal.

Au menu, un survol de l’impressionnant tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine, du Stade olympique, de l’oratoire Saint-Joseph et du Mont-Royal.

La journée commence bien même si le plafond est bas. À voler comme ça, au-dessus des nuages, on se croirait dans un autre monde.

On a la chance d’être témoin d’une vue du centre-ville de laquelle on n’est pas du tout habitué : celle des airs!

C’est surréel, ça semble tout petit alors qu’on sait bien que lorsque l’on s’y trouve, c’est immense et ça bourdonne de vie.

Avant de quitter la métropole, on a un aperçu du Vieux-Port et de toute son étendue. Il y a tant de choses à voir qu’on ne peut s’empêcher de se dire : « à une prochaine fois… »

Envie de vivre plus d’aventures en compagnie de notre Guide plein air Marcel? Toutes ses chroniques se trouvent juste ici!

Survolez les Laurentides et le village de Tremblant avec Marcel Bouchard

Nous voici repartis pour une nouvelle expédition remplie de découverte avec Marcel Bouchard, notre navigateur préféré. Cette fois-ci, direction les Laurentides pour observer le Mont-Tremblant vu des airs à bord d’un autogire. 

C’est en compagnie de son guide pilote Patrick Bernier à l’aérodrome de Saint-Apollinaire de que les deux aventuriers, fidèles à leur habitude, décollent vers Joliette.

Au départ, le temps est nuageux et le plafond est relativement bas. Heureusement, un peu après Trois-Rivières, le ciel s’éclaircit finalement, ce qui facilite la possibilité de coup d’œil sur les environs.

La nature, toujours au rendez-vous

Qui dit safari à bord d’un autogire dit aussi la possibilité d’observer des panoramas comme on n’a pas souvent la chance de les voir.

On remarque entre autres l’immensité du lac Saint-Pierre tout près de Trois-Rivières, le paysage à couper le souffle de Sainte-Agathe-des-Monts ainsi que celui du plan d’eau qui la brode.

C’est un beau vol de pratique juste avant que les couleurs d’automne se montrent le bout du nez. La nature est toujours très généreuse.

Arrivé au Mont-Tremblant, on observe ses particularités qui ne déçoivent jamais : son circuit automobile, le village, parfait pour les activités sportives, et bien sûr, sa superbe montagne.

Le périple se termine à l’aérodrome de Saint-Jovite, un endroit accueillant et idéal pour reprendre un peu de forces avant le grand départ en sens inverse.

Si vous avez aimé ces images, regardez un autre reportage de notre aventurier qui survole la Montérégie et la ville de Bromont comme vous ne l’avez jamais vu!

Découvrez Bromont du haut des airs comme vous ne l’avez jamais vu!

Notre pilote préféré Marcel Bouchard nous présente cette fois-ci la région de Bromont vue du haut des airs. 

Pour filmer les superbes images de ce coin de la Montérégie, il décolle de Saint-Apollinaire sous un plafond assez haut, ce qui nous permet d’avoir une vue magnifique et claire des environs.

À l’aller, on a un beau coup d’œil sur les plaines et les terres agricoles qui sont nombreuses dans cette région.

On remarque qu’en bordure de celles-ci, beaucoup de forêts sont présentes. Il s’agit en fait de terres à bois ou encore d’érablières. Vu des airs, c’est assez spectaculaire!

Des activités sportives au sol et dans les airs

Une fois à Bromont, on aperçoit un paysage avec plus de relief, parfait pour les planeurs et les parachutistes, deux activités justement fréquentes du secteur.

Rapidement, la magnifique et bien connue station de ski se dessine à l’horizon, vraiment tout près de l’aéroport où nos deux amis s’apprêtent à se poser pour dîner.

Maintenant rassasiés, c’est la météo clémente et le panorama extraordinaire du retour qui font office de dessert!

Si vous avez aimé ces images, regardez un autre reportage de notre aventurier qui survole cette fois-ci la magnifique région de Charlevoix.

Vivre une randonnée au parc National de la Jacques-Cartier

On retrouve notre Guide plein-air Marcel Bouchard pour une nouvelle randonnée en nature. Direction La Croisée, un sentier peu fréquenté du parc National de la Jacques-Cartier à 30 minutes de la ville de Québec.

Il s’agit d’une route aller-retour de 12.3 km qui longe le Lac-Jacques-Cartier. On marche dans des gorges profondes, bordées par toute l’immensité du paysage.

On a qu’à lever légèrement les yeux pour avoir un aperçu des imposantes montagnes et parois rocheuses qui nous entourent. Il y a toujours quelque chose à voir.

Une fois à mi-parcours, on a le choix entre le chemin du côté de la rivière ou de la montagne. C’est une option intéressante d’explorer un peu des deux.

Préparez-vous de bons souliers pour la marche qui dure environ 4h30 et surtout, usez de tous vos sens pour profiter un maximum de cette belle journée!

Naviguer sur le fleuve Saint-Laurent, de Québec vers Cap-à-l’Aigle

Naviguer sur le fleuve Saint-Laurent, de Québec vers Cap-à-l'Aigle

On retrouve Marcel Bouchard pour une aventure maritime sur le fleuve Saint-Laurent. On quitte la toujours belle Ville de Québec pour se diriger vers Cap-à-l’Aigle, dans l’Est de la ville de La Malbaie.

Le fleuve, un environnement difficile

Peu de gens le savent, mais le fleuve Saint-Laurent est la 2e voie maritime la plus difficile à naviguer au monde.

Non seulement parce que ses courants changent constamment et qu’il est composé de plusieurs bancs de sable, mais également à cause de tout le trafic commercial qui s’y fait.

Par contre, si vous avez la chance d’être accompagné d’un expert, ça vaut absolument la peine, puisque c’est tellement beau.

Les paysages de Québec en direction de Cap-à-l’Aigle

En quittant la Capitale nationale, on jette un dernier coup d’œil vers elle, parce qu’il vaut mieux bien en profiter.

Bientôt, une fois arrivé à la pointe est de l’Île d’Orléans, le bateau ne se promènera plus, il naviguera, carrément.

On aperçoit d’abord le village de Château-Richer, puis on dépasse Cap-Tourmente pour voguer le long de la côte et son relief qui n’a pas de prix. Définitivement, c’est grandiose, toute cette nature.

On approche de Baie-Saint-Paul, juste en face de la bucolique Isle-aux-Coudres. On a d’ailleurs la chance de croiser le traversier qui fait l’aller-retour plusieurs fois par jour depuis Saint-Joseph-de-la-Rive.

On passe à côté de la baie de Saint-Irénée où se trouve une magnifique plage, très populaire et appréciée lors des temps chauds et des canicules.

Finalement, on aperçoit l’imposant Manoir Richelieu, qui nous fait un clin d’œil pour nous dire qu’on navigue sur une mer d’huile et qu’on doit en profiter!

Pour voir la suite du trajet de Marcel Bouchard, cliquez ici!

Un départ marin de Cap-à-l’Aigle en direction de la marina de Tadoussac

Un départ marin de Cap-à-l'Aigle en direction de la marina de Tadoussac

L’aventure maritime de Marcel Bouchard se poursuit, alors qu’il s’apprête à quitter Cap-à-l’Aigle en direction de la marina de Tadoussac.

C’est un vrai départ marin, alors qu’une épaisse brume flotte encore sur l’eau pendant plusieurs minutes.

Éventuellement, on aperçoit le phare de Cap-au-Saumon qui scintille au loin. Il possède de grandes valeurs historiques, architecturales et communautaires, et le site est vraiment très bien entretenu.

Le soleil commence à se montrer le bout du nez et perce finalement le ciel voilé pour nous permettre d’entrevoir la belle municipalité de Saint-Siméon et son traversier qui navigue vers Rivière-du-Loup.

L’embouchure de la rivière Saguenay, c’est toujours un spectacle quand on y arrive et heureusement, le vent est de notre côté aujourd’hui, et il pousse tranquillement le bateau vers la marina de Tadoussac.

On aperçoit même le Haut-fond Prince derrière, ce phare érigé au beau milieu du fleuve, à l’embouchure du fjord.

À la toute fin, on a la chance d’observer des bélugas qui entrent et sortent de l’eau. La « nature avec un grand N » est présente pour célébrer l’arrivée de Marcel Bouchard!

Pour voir le trajet de Québec vers Cap-à-l’Aigle, c’est par ici!

Passez une nuit de tempête en voilier avec Marcel Bouchard

Tempête à Tadoussac

Marcel Bouchard est un passionné de voile. Qui dit voilier, ne dit pas toujours beau temps.

Dans la nuit du 4 au 5 août 2020, mère Nature s’est déchainée.

Marcel était à la hauteur de Tadoussac.

La pluie et le vent se sont levés.

Marcel lui, s’est levé à 3h30 du matin (ou de la nuit)… pour affronter la tempête.

Regardez la vidéo pour vivre la tempête comme si vous étiez à bord avec lui.

Survolez la magnifique région de Charlevoix du haut des airs

Ce n’est malheureusement pas tous les jours qu’on a l’occasion de voir la magnifique région de Charlevoix du haut des airs, et pourtant, les images sont sublimes. Clermont, palissades de Saint-Siméon, Baie-Saint-Paul… ça fait rêver tout ça!

Grâce à Marcel Bouchard, on a le droit à un magnifique « safari coup d’œil » qui nous permet de constater à quel point la vue est grandiose à l’intérieur des terres, chose plus difficile à observer quand on voyage en voiture.

On aperçoit plusieurs lacs, tout le relief et les forêts, du vrai bonbon pour les yeux!

Sur le chemin du retour, le long du fleuve

Plus loin, on aperçoit les palissades à Saint-Siméon, que l’on peut d’ailleurs escalader, et la rivière noire qui se trouve tout près.

Sur le chemin du retour, on longe le fleuve Saint-Laurent et on a la chance de voir la ville de Baie-Saint-Paul à marée basse et sa grande plage.

On a droit à un coup d’œil exceptionnel sur massif de la rivière Saint-François et le village du même nom tout proche, sur l’île d’Orléans en passant par Saint-Jean, jusqu’à Saint-Apollinaire, où la visite prend fin.

Une magnifique escapade qu’on aurait bien aimé vivre, mais qui nous a permis de découvrir des images de Charlevoix vues des airs, une chose bien inhabituelle quand on se déplace en auto.

Découvrez l’un des plus incroyables panoramas en Beauce

Découvrez l’un des plus incroyables panoramas beaucerons

Découvrez Le Domaine à l’Héritage, un endroit unique à visiter à Saint-Séverin en Beauce. Vous serez charmés par la beauté de ses vastes jardins aménagés et par la vue plongeante sur le village que l’on peut y observer.

Et quoi de mieux que de commencer l’aventure par une tournée à vol d’oiseau pour comprendre l’immensité du territoire! 

Vue d’en eau, on a la chance d’apercevoir la belle Rivière Chaudière et le village situé à environ 365m d’altitude dans les hauteurs appalachiennes.

Son joyau, c’est sans équivoque Le Domaine à l’Héritage, où l’on profite de la nature. C’est beau, paisible, et c’est aménagé de façon harmonieuse.

Un vrai baume pour l’âme et du bonbon pour les yeux.

On débute l’exploration devant la carte, qui explique tous les sentiers à visiter ainsi que la thématique de chacun d’eux.

C’est spectaculaire, alors que tous les agencements sont exécutés à merveille.

La visite est gratuite et mise à la disposition que tous les curieux qui veulent venir se promener ou pique-niquer dans un endroit impeccable, propre et calme.

Toutefois, c’est possible de déposer le montant que l’on désire donner en argent dans le pavillon des visiteurs. L’équipe du Domaine suggère généralement un don de 10-12$ par personne selon notre appréciation.

Plus on s’y promène, et plus on aperçoit les nombreux lacs, étangs et fontaines. Il y a aussi un grand plateau qui donne une vue panoramique sur le village de Saint-Séverin.

C’est possible de s’y rendre jusqu’à 21h le soir. Des jeux de lumière impressionnants peuvent être aperçus au fur et à mesure que le soleil se couche.

Les personnes à mobilité réduite sont les bienvenues, alors que plusieurs sentiers collatéraux permettent de ne pas utiliser d’escaliers.

Le coup d’œil est exceptionnel. C’est de toute beauté, et à ne pas manquer!

Une nouvelle randonnée à faire dans une rivière à Québec

Une nouvelle randonnée à faire dans une rivière à Québec

Quand on marche en forêt, il faut être vigilant. C’est ainsi que notre guide Marcel Bouchard a découvert une rivière cachée! Elle est si bien cachée qu’on marche dedans sans s’en rendre compte. Un phénomène particulier qui nous montre les effets de l’eau sur la nature.

 Il y a de la vie dans une rivière quand l’âme habite son corps et lorsqu’elle se retire, il ne reste que le squelette. 

On peut donc marcher dans ce squelette et voir le travail de l’eau sur les rochers et les pierres. Cette rivière en particulier nous montre ses secrets quelques mois par année. En effet, lors de la crue des eaux, elle se remplit à nouveau.

En marchant sur ce tapis de pierres polies entre les arbres et les parois rocheuses, on voit de temps à autre de l’eau qui remonte, nous faisant réaliser que nous marchons littéralement sur l’eau.

Pour les curieux, cette rivière se trouve tout près de la Chute Montmorency près de Québec. L’accès est possible quoique ardu à certains endroits. La prudence est de mise.

En suivant le lit de la rivière, vous arriverez à la source tout au bout et en chemin. 

Un phénomène bien intéressant qui dévoile les secrets d’une rivière!

Les meilleurs trucs pour s’entraîner pendant la canicule

faire du sport en canicule

Plutôt que de laisser la canicule briser votre routine d’entraînement, apprenez plutôt quelques trucs et astuces pour faire du sport même quand les températures sont très chaudes.

Le premier conseil, c’est de bien choisir son environnement. Idéalement, choisissez une piste où le soleil ne pointe pas directement dans votre direction.

Si c’est possible, préconisez un endroit en nature dans la végétation. Ce type de milieu est naturellement plus frais.

Si vous n’avez pas d’endroit du genre près de chez vous, évitez de sortir faire du sport le midi en plein soleil.

Si jamais la température est insoutenable, n’hésitez pas à transformer votre course en marche active.

Surtout, hydratez-vous convenablement! Aller dans les extrêmes et boire trop ou pas assez d’eau n’est jamais la solution.

Pour être certain d’en avoir suffisamment, l’idéal est de se procurer un accessoire pour porter les bouteilles, semblable à une ceinture. On en trouve facilement un peu partout sur le web.

C’est normal que l’humidité vous fasse transpirer davantage, donc c’est primordial d’être prudent, de boire quand le besoin se fait sentir et surtout d’écouter son corps.

Bonne course! 

Nouveau protocole dans les marinas Covid-19

Nouveau protocole dans les marinas Covid-19

Pour faire du bateau au Québec cet été 2020, il faut connaître le nouveau protocole à suivre dans les marinas qui suivent les consignes de la santé publique. 

Des affiches explicatives sur les consignes de sécurité sanitaire en bateau

À l’entrée des marinas, on retrouve de l’affichage des marches à suivre.

Par exemple, il est bien illustré que si deux personnes se croisent sur un ponton, l’une des deux doit se diriger vers l’allée pour laisser passer l’autre.

À l’eau, il y a un ordre de priorité. C’est le même principe que celui de l’ordre de la navigation : celui qui entre au port a la priorité, celui qui s’en va à son bateau doit lui céder le passage.

Les gens sont invités à utiliser la salle de bain de leur bateau dans la mesure du possible pour fréquenter moins souvent le bâtiment de la marina.

Les installations sanitaires sont toutefois accessibles en cas de besoin, mais ont été réduites.

Bien que chaque marina soit régie différemment, c’est recommandé d’avoir un préposé présent sur place pour qu’il puisse désinfecter les espaces communs.

Le comportement à adopter à la marina pendant la Covid-19

D’abord, quand on se présente à la marina, on doit s’assurer de ne présenter aucun symptôme associé à la Covid-19 et de ne pas avoir récemment voyagé. 

C’est la moindre des choses!

On doit s’engager à respecter toutes les consignes et mesures qui nous sont demandées, comme de se laver les mains. Elles ont toutes été approuvées par la santé publique.

Les plaisanciers ont accès à leur bateau avec certains invités toujours en suivant l’évolution des consignes dictées par le gouvernement.

Actuellement, il s’agit des mêmes autorisations que celles pour les rassemblements extérieurs : on doit pouvoir rester à l’extérieur du bateau et respecter la distanciation de 2m entre chaque invité.

En gros tout peut se faire, suffit d’avoir la bonne attitude et d’être moindrement organisé!

Covid-19 – Nouveau protocole de plongée sous-marine

Covid-19 - Nouveau protocole de plongée sous-marine

Confinement et pandémie de Covid-19 imposent, il existe maintenant un tout nouveau protocole pour faire de la plongée sous-marine.

La meilleure manière de l’illustrer, c’est de se rendre directement sur place.

On se transporte dans la mine à ciel ouvert Flintkote à Thetford Mines qui permet à plus de 2000 personnes par années de faire de la plongée sous-marine depuis plus de 20 ans.

Le site fait 1km de longueur et 50m de large dans sa partie la plus étroite, et les eaux limpides vont jusqu’à 50m de profondeur.

C’est tout simplement magnifique!

Des nouvelles installations

De nouveaux aménagements sont maintenant obligatoires sur les sites.

On aperçoit des plateformes de chaque côté de l’eau qui permettent aux gens de respecter une certaine forme de distanciation sociale. Cette surface est toujours gardée propre.

On remarque aussi l’ajout d’une passerelle qui mène au-dessus de l’eau. La personne équipée peut ainsi avoir un accès immédiat au bassin.

Le comportement à adopter

Si on va plonger entre amis, chaque personne du groupe doit préparer son équipement de son côté pour respecter la distanciation sociale.

C’est bien important de se désinfecter les mains et de garder une distance de deux mètres en tout temps.

Si jamais on a besoin d’un coup de main, on doit rester dos à la personne qui nous vient en aide. Le port du masque est aussi important.

C’est une fois qu’on a le détendeur en bouche et le masque sur le visage qu’on est réellement protégé.

On peut alors se rapprocher les uns des autres et faire les dernières vérifications des équipements de chacun.

Tout est beau? Jetez-vous  à l’eau et profitez de ce super sport!

Visiter le site web de  La Fédération Québécoise des Activités Subaquatiques

Courir le long de la rivière Saint-Charles

courir au parc linéaire de la riviere st-charles

Amateurs de course à pied, c’est important de varier son environnement. C’est plus agréable, ça passe plus vite et ça enlève le sentiment d’effectuer une corvée. 

Le parc linéaire de la rivière Saint-Charles à Québec est idéal pour cette raison! Avec ses 32km de sentiers pédestres aménagés en 13 secteurs, impossible de s’en lasser. 

Tantôt asphalte, tantôt petit gravier, le parc linéaire longe les rives de la rivière Saint-Charles, du Vieux-Port au lac.

Pendant la course, on a la chance de pouvoir observer une grande variété d’espèces d’oiseaux et de plantes même si certains tronçons sont plus résidentiels. 

La randonnée est l’une des activités les plus pratiquées dans le parc, mais c’est loin d’être la seule.

Été comme hiver, il y a plusieurs choses à faire. Vélo, patin à roues alignées, canot-kayak, ski de fond, raquette et patin à glace se mettent de la partie.  

La rivière Saint-Charles possède une grande connotation historique. Une chute, un canyon et le Lieu historique national du Canada Cartier-Brébeuf bordent tous les trois le sentier de randonnée. 

La sécurité en patins à roues alignées

Découvrez les meilleures tactiques pour faire du patin à roues alignées en toute sécurité!

Le patin à roues alignées est un sport aussi sérieux qu’un autre. Contrairement au cyclisme, la surface de la route a une plus grande incidence sur les chances de perdre l’équilibre et de tomber. 

C’est donc non seulement important de se doter d’un équipement de qualité, mais il faut aussi connaître les trucs pour être capable d’assurer sa sécurité.

Quoi regarder lors de l’achat d’équipement de roues alignées

Il existe plusieurs compagnies et marques de patins, mais la plus populaire est sans aucun doute Rollerblade. C’est un peu comme le Frigidaire des réfrigérateurs.

Outre la bottine, les roues ont évidemment un grand rôle à jouer dans le confort d’un patin. 

La formule optimale est de posséder une roue plus grande à l’avant et derrière puis deux plus petites au centre. Ça permet moins de vibration au niveau du pied et une meilleure stabilité dans la chaussure. 

C’est aussi important d’avoir des lacets et une bande stabilisatrice de plastique à la cheville puisque ceux-ci permettent d’éviter les mouvements de va-et-vient. 

Une fois le velcro mis en place, on devrait se sentir assez confortable pour commencer notre promenade!

Techniques de patin 

Le patin demande beaucoup de concentration. Puisque dans la plupart des pistes cyclables il y a beaucoup d’irrégularité au sol, la première chose à savoir, c’est de constamment regarder devant nous plutôt qu’au loin. 

S’il vente beaucoup, on penche son corps un peu plus vers l’avant, les bras croisés dans le dos. Comme ça, on offre moins de résistance et notre allure est plus constante. 

L’importance d’avoir de grosses roues devant et derrière prend tout son sens devant un pont de bois. Avec seulement des petites roues, c’est plus dangereux qu’elles se coincent. Le meilleur truc, c’est de ralentir, peu importe. 

Dans une pente descendante, il faut ralentir sa cadence, surtout si elle se termine par une courbe et qu’on ne voit pas ce qui vient après. 

On peut y arriver en changeant son mouvement de pied en le glissant de l’extérieur vers l’intérieur. Ça fonctionne dans tous les cas, mais c’est encore plus pratique lorsqu’on porte une paire de patins qui n’a pas de frein à l’arrière. 

Si l’on croise un chemin de fer, deux choix s’offrent à nous. On peut totalement s’arrêter et le traverser de côté. Si on est stable sur ses patins, on peut aussi effectuer des petits sauts pour soulager les deux cavités où passent les rails. 

Si l’on croise une route de tuiles, c’est dangereux et la prudence est de mise parce qu’on ne veut pas attraper les fissures. Les patins doivent être positionnés au centre des tuiles. 

Pour quitter la piste, pour aller sur le gazon par exemple, il faut mettre son poids sur les roues arrière de nos patins. Ça permet de se stabiliser plus facilement. 

Le tout dernier conseil, mais non le moindre, c’est de sortir pour se pratiquer et découvrir toutes les belles pistes qui se trouvent à proximité!